CFA Agricole de l'Aisne, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Zoom sur les projets des jeunes BTS Aménagements Paysagers

Zoom sur les projets des jeunes BTS Aménagements Paysagers

Flux RSSImprimer la page

Les apprentis en BTSA « Aménagements Paysagers » de l'UFA de la Chambre d'agriculture de l'Aisne, avec le soutien de leur enseignante, ont répondu à l’appel à projets « jeunes » proposés par la MSA.

Cet appel à projet s’adresse aux jeunes entre 13 et 22 ans, résidant dans un territoire rural et porteurs d’un projet solidaire ou local. Le projet pourra être sélectionné au niveau local et proposé pour concourir au niveau national.

Les apprentis BTSA ont déposé les 2 projets suivants  :

  • Le premier porte sur la lutte contre le harcèlement et s’intitule « Les nuits les plus obscures ont les plus beaux levers de soleil, soyons-en les acteurs, ensemble et tous unis contre le harcèlement ! ».

 

« Nous sommes les citoyens de demain, notre action a pour ambition d’engager une réflexion et de bouleverser voire briser certaines représentations du harcèlement encore trop souvent banalisé par les jeunes et trop peu évoqué en centres de formation. Il s’agit de créer du lien entre les associations, la prévention dont la MSA est partenaire (la majorité de nos apprentis sont affiliés à la MSA) tout comme la gendarmerie et les établissements scolaires ou de formation comme notre centre de formation agricole.

Nous souhaitons également responsabiliser les jeunes quant à leurs actes et leurs paroles, susciter également le goût de l’engagement citoyen afin de défendre des projets à haute valeur morale, renforcer la cohésion par des actions collectives, créer du lien, susciter le « vivre-ensemble » entre les apprentis issus de toutes les générations et de tous les horizons géographiques, sociaux. Faire du CFA un microcosme sociétal composé de jeunes engagés et impliqués, acteurs au sein de leur environnement. »

  • Le second projet porte sur le thème de la gestion différenciée et a pour titre « Tous citoyens éco-acteurs ! : « Convertir un espace vert traditionnel en jardin équilibré, pédagogique et démonstratif du zéro phyto »

« Nous sommes apprentis en BTSA Aménagements Paysagers or, les préoccupations liées à l’environnement, notamment la préservation des ressources, sont aujourd’hui au cœur de la réflexion commune. Nous avons décidé d’associer notre sensibilité d’écocitoyen à notre métier de paysagiste.

Le monde bouge en permanence, l’univers des espaces verts en est le reflet. Si l’on se réfère à l’étymologie du mot « jardin » « hortus gardinus », ce terme désigne littéralement « un jardin entouré d’une clôture » autrement dit « un terrain, généralement clos, où l'on cultive des végétaux utiles ou d’agrément ».

Tour à tour, lieu d’expression de la domination des Hommes, reflet de nos états d’âme, scénographie, véritable expression artistique du virtuose ou encore instrument du pouvoir, le jardin semble se conformer à son étymologie d’enclos domestiqué, soumis et sculpté par notre esprit et par notre imaginaire. L’Homme se voit au centre de la nature, il n’a eu de cesse de la domestiquer et de la dompter. Enclos, clôture, terrain clos, le jardin n’est-il pas devenu au fil du temps, le lieu d’enfermement de nos espoirs, de nos peurs, de nos fantasmes et de notre course effrénée vers toujours plus de perfection ?

Mais le jardin c’est aussi le territoire du meilleur, l’endroit où l’on protège ce qui nous semble le plus utile, le plus précieux. Cette notion de « meilleur » n’a cessé de changer au fil du temps, à travers les siècles s’imprégnant du tracé de notre histoire et de nos cultures. Mais quelle est notre idée du meilleur à protéger dans nos jardins aujourd’hui ?

Ne serait-ce pas la vie, la biodiversité, le biotope, la faune et la flore ? Nous sommes en train de changer notre vision du jardin. Une chose est sûre, les espaces verts ne peuvent plus se limiter ou se cantonner au simple rôle d’espaces décoratifs dans lequel nous les avons confinés depuis des décennies mais ils doivent s’imposer comme de véritables lieux de vie. Oui ! un espace de vie riche et fragile qu’il nous faut donc préserver et développer.

Qui mieux que nous, jeunes générations, pour impulser un changement dans notre représentation, notre perception du jardin et pour éveiller les prises de conscience et favoriser une éducation et une écocitoyenneté actives car comme l’a souligné Saint-Exupéry : « nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ». C'est dans cette dynamique écocitoyenne que nous souhaitons nous impliquer dans un projet d'aménagement paysager concret et complet. »

Les apprentis se sont impliqués avec sérieux dans leurs projets, et ont été récompensés en étant primés au niveau régional. Deux bourses d’une valeur de 2000 euros leur ont été attribués afin de mener à bien leurs projets.
Prochaine étape : le concours national !